Chine : rencontre avec les Ouïgours de Kashgar, visite du Xinjiang en hiver

Après avoir traversé tout le Kazakhstan en train et après avoir visité le Kirghizistan, nous passons la frontière chinoise. La première province que nous découvrons en Chine est l’immense Territoire autonome du Xinjiang, au nord-ouest de la Chine. Alors que nous pensions découvrir des grandes villes polluées comme Pékin, nous découvrons ici une région qui casse tous nos préjugés. Le Xinjiang est un territoire à la fois désertique et montagneux.

visiter le Xinjiang

Notre arrivée en Chine dans le Xinjiang : entre montagnes et déserts, nous découvrons Kashgar

La Chine compte 1,4 milliard d’habitants. En quittant les montagnes du Kirghizistan, on s’attendait à un choc brutal dû au contraste entre les steppes et les villes surpeuplées. Nous ne connaissons absolument rien du Xinjiang. En France, nous entendons rarement parler de cette région autonome de la Chine.

Kashgar est la deuxième plus grande ville du Xinjiang après Ürümqi. Située au pied des montagnes du Tian Shan et à l’ouest du désert du Taklamakan, nous comprenons que la province du Xingiang est différente des images d’Asie que nous avons en tête.

visiter le Xinjiang Kashgar

La population qui vit dans le Xinjiang est la minorité musulmane des Ouïgours. Loin de la Chine traditionnelle, on découvre une région du monde méconnue.

Alors qu’on se perd dans la ville de Kashgar en cherchant une banque pour retirer de l’argent, un attroupement se forme autour de nous. Notre présence intrigue. Des touriste ? Ici ? Impossible !

La région du Xinjiang est réputée dangereuse. Des indépendantistes commettent régulièrement des attentats. C’est d’ailleurs la région la plus contrôlée par le gouvernement chinois avec le Tibet. A chacun de nos déplacements, nous sommes arrêtés par des dizaines de check-points de la police.

Pourtant, on arrive rapidement à trouver nos repères. Chez les Ouïgours, on se sent toujours en Asie centrale. On retrouve notamment des similitudes dans l’alimentation composée essentiellement de brochettes, de mouton et de riz.

visiter Xinjiang Kashgar pain

visiter le Xinjiang Kashgar

Nous aimons particulièrement les galettes cuites le long de la parois des fours en argile. Ce ne sont évidemment pas des baguettes comme on en trouve en France, mais ces pains plats et ronds sont délicieux lorsqu’ils sont encore chauds ! Dans le Xinjiang, ils ajoutent de l’échalotes et diverses épices. au dessus.

Que visiter à Kashgar et dans les alentours de la ville dans le Xinjiang ?

Si vous allez à Kashgar, ne manquez pas :

  • La mosquée Id Kah. C’est la plus grande mosquée de Chine ! Construite au 15ème siècle, elle a été agrandie au fil des siècles et peut maintenant accueillir 10 000 personnes pour les prières du vendredi.
  • La tombe d’Abakh Khoja. Le mausolée d’Abakh Khoja n’est pas dans la ville même de Kashgar mais se trouve à 5km au Nord-Est de la ville. Vous pourrez y découvrir l’histoire de Xiangfei, la « concubine parfumée« . C’est la plus grande sépulture islamique du Xinjiang
  • Le marché du dimanche à Kashgar. C’est le plus grand marché d’Asie centrale ! On y trouve plus de 5000 stands ! Le bazar est une sorte de marché agricole où les personnes viennent vendre des fruits, des légumes, du matériel, des tissus mais aussi du bétail !
  • L’Arche de Shipton. L’Arche de Shipton a été découverte en 1947 mais elle a été ignorée jusqu’aux années 2000. C’est la plus grande arche naturelle au monde ! L’arche se trouve à 80km de Kashgar. Elle est haute de 457 m : la Tour Eiffel pourrait donc facilement s’y glisser car elle mesure 324 m de hauteur !
  • Le Lac Karakul sur la route qui mène au Pakistan sur le plateau du Pamir (Sino – Pakistan Karakorum Highway). Ce Lac est MAGNIFIQUE même en hiver ! Autour du lac situé à 3600 mètres d’altitude, on peut voit deux montagnes à plus de 7000 mètres : Muztagh Ata (7546m) et Gongur (7719m).

Visiter les montagnes près de Kashgar : séjourner chez les nomades dans les montagnes autour du Lac Karakul

À l’auberge de jeunesse, nous rencontrons Lee, un étudiant chinois (de l’ethnie Han, majoritaire en Chine). Il nous explique qu’il est dans la région pour terminer son mémoire sur les traditions Ouïgours. Accompagnés de Lee et Syril, le suisse que nous avons rencontré au Kirghizistan, nous décidons de passer quelques jours dans les montagnes. Nous avons entendu parler du lac Karakul situé entre deux montagnes de plus de 7500 mètres. Près de ce lac, il y a un petit village dans lequel les habitants vivent reculés de tout.

visiter Lac Karakul Kashgar Xinjiang

visiter Lac Karakul Kashgar Xinjiang

À la sortie de la ville, nous effectuons un premier arrêt. La zone où nous nous rendons est proche de la frontière du Tajikistan et du Pakistan. Notre compagnon de voyage chinois doit obtenir une autorisation spéciale de la police pour pouvoir passer les contrôles. Le régime fait tout son possible pour unifier (de force) cet immense territoire, notamment en instaurant une seule heure (celle de Pékin) dans un pays qui est traversé par 5 fuseaux horaires. Pourtant, pour accéder à certaines zones « sensibles », les contrôles sont plus importants que pour changer de pays. Tout au long de notre voyage en Chine, nous serons confrontés à ces paradoxes.

Mais toutes ces complications administratives n’entament pas notre enthousiasme. Accompagnés de notre chauffeur, nous prenons la route du Karakorum qui relie la Chine au Pakistan.

À notre arrivée dans les montagnes, nous sommes récompensés par des paysages incroyables ! Nous glissons comme des enfants sur le lac Karakul complètement gelé sur plusieurs mètres d’épaisseur.

visiter Lac Karakul hiver Kashgar Xinjiang

visiter Lac Karakul Kachgar Xinjiang hiver

visiter Lac Karakul Kachgar Xinjiang hiver

Nous croisons avec étonnement des chameaux puis nos premiers yaks qui broutent l’herbe brûlée par le froid.

Nous sommes en hiver. Les nomades quittent les pâturages des montagnes pour s’installer dans de petits villages sommaires dans le plateau. Ni eau courante, ni toilettes. Un petit générateur alimente tout juste une ampoule.

La route du Karakorum

lac Karakul Xinjiang nomades

La maison d’hiver des nomades chez qui nous allons être hébergés est constituée de deux pièces sombres (pas question de faire des fenêtres quand on veut rester au chaud) :
– une petite pièce sert de salle à manger/cuisine et de nurserie pour les moutons
– la seconde pièce, plus grande, sert de chambre pour les trois générations de la famille qui vivent sous le même toit.

La famille ne parle pas anglais. Le chauffeur qui nous a conduits s’improvise tant bien que mal traducteur, ce qui nous permet de discuter un peu. La route depuis Kashgar a été longue. On nous prépare donc un bon repas pour reprendre des forces.

lac Karakul Xinjiang nomades

Bien que leurs troupeaux soient composés d’un nombre assez conséquent de bêtes, ils mangent très peu de viande. Les animaux servent surtout à fournir du lait et à être vendus sur les marchés pour pouvoir acheter du riz.

Nous avons le droit au plat traditionnel de la région (le plov) que nous avons déjà eu l’occasion de goûter au Kazakhstan et au Kirghizistan. Il se compose de riz, de potiron, de carottes et de moutons.

Pour terminer la soirée, nous proposons de montrer à la famille les vidéos que nous avons tournés en Turquie, en Iran et en Asie centrale. Les divertissements étant rares, grands comme petits restent hypnotisés devant l’ordinateur. Tout d’un coup, la grand-mère montre Clem du doigt en s’exclamant « Mais c’est lui dans l’écran ! »

Le lendemain matin, aux aurores, il nous faut beaucoup de courage pour nous extraire des 5 couches de couverture.

lac Karakul Xinjiang nomades

lac Karakul Xinjiang nomades

Nous attrapons une bouteille d’eau pour boire mais tout est congelé ! Malgré les murs et le poêle, qui s’est éteint pendant notre sommeil, la température à l’intérieur de la maison est descendue à -2°C.

En sortant de la maison pour aller aux toilettes dans la nature, nous tombons nez à nez sur trois gros yaks venu chercher un peu de chaleur. Heureusement, malgré leurs énormes cornes, les yacks sont des grosses boules de poils peureuses.

Sur la route du retour, Clo demande au chauffeur de s’arrêter pour prendre une dernière photo des montagnes.

lac Karakul Xinjiang Kachgar

lac Karakul Xinjiang Kachgar

Au moment de repartir, le chauffeur, distrait et pressé de rentrer chez lui, s’encastre contre une butte de ciment. Nous nous retrouvons en équilibre, deux roues en l’air. Alors que nous examinons les dégâts, le chauffeur tente une manœuvre pour dégager la voiture. Résultat des courses, il arrache complètement le pare-choc et manque de blesser sérieusement le Suisse.

IMG_7991IMG_7995

IMG_7996

Après avoir « réparé » la voiture avec du scotch, Nous terminons le trajet en roulant à toute petite vitesse… Heureusement, notre premier (et espérons dernier) accident du tour du monde se termine avec plus de peur que de mal 🙂 Nous quittons Kashgar en stop, direction le désert puis le Qinghai, l’une des trois provinces de l’Ancien Tibet.

La suite au prochain épisode 🙂

Clo & Clem

3 commentaires

  1. Kashgar, des années que ça me démange, depuis que j’en ai entendu parler alors que j’étais au nord Pakistan en 2000. Et j’y songe à nouveau pour rentrer au Tadjikistan par cette voie à l’automne prochain. Mais j’ai l’impression que je vais courir plus qu’autre chose, alors que la région nécessite peut-être un voyage en soit.
    La photo de Clo sur le lac gelé rappel en tout cas les photos que l’on peut voir de temps à autre du Baïkal gelé avec la glace à la fois transparente et striée. Splendide 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.