Milford Sound : le jour où on a été attaqués par les perroquets Kea

Milford Sound, situé dans l’île du sud, fait partie des lieux qui nous ont le plus impressionnés en Zélande. Pourtant, des fjords, on en a déjà vu, notamment lors de notre voyage au Groenland. Mais le fjord de Milford Sound a quelque chose d’unique.

26012015-IMG_7735

On est passé à travers un mur !

La route depuis Queenstown est un peu longue. Pourtant, à vol d’oiseau, il y a moins de 100 km qui nous sépare de Milford Sound. Seul problème : il y a une immense chaîne de montagnes à pic et le plus grand lac de N-Z qui nous oblige à faire un grand détour.

Nous décidons de faire les 7 heures de route en deux étapes. Le premier jour, la route est déjà belle, mais rien de comparable à ce qui nous attend le deuxième jour.

Nous quittons notre camp très tôt le matin. Il ne fait pas très beau, la région de Milford Sound est connue pour être la plus arrosée au monde. Il pleut légèrement, mais pas suffisamment pour nous faire faire marche arrière.

Le paysage change brutalement, on passe de grandes prairies remplies de milliers de moutons à d’immenses montagnes à pic qui se dressent de part et d’autre de la route.

26012015-IMG_7631

Tout d’un coup, la route s’arrête net. Face à nous, une montagne verticale infranchissable. Un cul de sac ?! Mais les voitures continuent d’avancer. Un tunnel ! Les murs du tunnel sont à l’état brut directement taillés dans la roche. Il n’y a qu’une seule voie et aucune lumière ne passe à l’intérieur. Sur plusieurs kilomètres notre voiture descend, de plus en plus profond dans le ventre de la montagne. On s’attend à tout moment à rencontrer une horde de nains tout droit sortis du Seigneur des Anneaux. Ce tunnel sans fin excite notre imagination. Et tout d’un coup la lumière ! De l’autre côté du mur, le paysage nous prend à la gorge.

Les montagnes à pics sont immenses, des cascades se déversent le long des parois. Un véritable paradis perdu.

Au bout de cette route magique : le fameux fjord de Milford Sound est là, devant nous.

26012015-IMG_7669
26012015-IMG_7701

 

Quand la pluie nous permet de rencontrer des dauphins

Après deux jours en pleine nature, la route se termine subitement par une une jetée. C’est de là que partent les bateaux qui naviguent dans le fjord.

Nous avions prévu de faire un trek mais la pluie tombe de plus en plus fort. Notre expérience Groenlandaise (voir article : ) nous a apprit qu’il valait mieux être prudents quand la nature se déchaîne. Nous nous rabattons donc sur les petites croisières d’1h30 proposées aux touristes.

26012015-IMG_7752

Le bateau nous permet de voir les énormes cascades qui tombent des montagnes directement dans le fjord. Cerise sur le gâteau, le commandant se rapproche de l’une d’elle jusqu’à ce que l’on puisse littéralement la toucher. Nous en sortons trempés mais avec un grand sourire d’enfant aux lèvres.

Nous nous enfonçons progressivement dans le fjord jusqu’à la haute mer et avons la chance de voir des colonies d’otaries qui se prélassent sur les rochers.

Alors que nous sommes sur le retour, que tout le monde a regagné son siège, le commandant de bord hurle dans son micro : « Dolphins ! Dolphins ! »

Des dauphins ! Nous sortons tous à la hâte ! Dehors, autour de notre bateau, une trentaine de dauphins nous suivent. Ils nagent au rythme de nos vagues. Certains s’approchent tellement près que nous pouvons quasiment les toucher. Les voir aussi nombreux et joueurs est rare. Malgré la pluie, nous sommes heureux.

 

Quand il y en a plus, il y en a encore, l’attaque des perroquets.

Nous quittons le fjord de Milford Sound, ébahis par tout ce que nous avons vus. Avant de reprendre le tunnel, nous nous arrêtons sur le bord de la route pour prendre une dernière photo et admirer une dernière fois ces paysages.

1509976_784350574947486_4066832465854139721_n

Lorsque nous redémarrons, nous entendons un bruit étrange au-dessus de nous. Le bruit s’accentue, puis viennent des cris stridents étranges. Inquiets, nous nous arrêtons en catastrophe. Tout d’un coup, un gros perroquet vert se pose sur notre pare-brise. Il est rejoint très vite par deux de ses collègues. Les bruits sur le toit continuent de plus belle et les perroquets se mettent à cogner leur becs sur notre carrosserie.

26012015-IMG_8287
26012015-IMG_8299

Clo panique : « Si ça se trouve, on en a écrasé un en repartant !! Ils viennent se venger !! »

Clem a finalement le courage de sortir pour vérifier. Il se retrouve face à quatre perroquets aux longs becs crochus qui le regardent avec de grands yeux. L’un d’eux tente de manger notre antenne. Heureusement, nous n’en avons pas écrasés. Les perroquets semblent adorer le plastique qu’ils essayent d’arracher de notre voiture de location. Clem tente de sauver notre … en les faisant fuir de la voiture. Mais les perroquets n’ont pas l’air d’avoir peur.

26012015-IMG_8261

Alors que Clo sort à son tour pour les prendre en photo, un camping-car passe au ralenti à côté de nous interloqué par cette scène ubuesque. Les perroquets descendent alors de notre voiture pour courir après lui. Le véhicule accélère et ils se résignent finalement à revenir vers nous.

26012015-IMG_8274

Leur petite démarche est hilarante et leur plumage est magnifique.

Nous apprendrons par la suite qu’il s’agissait de Kea, un perroquet qui ne vit que dans les montagnes du Sud de la Nouvelle-Zélande.

L’heure défile et le soleil commence à se coucher. Nous devons quitter nos petits compagnons pour rejoindre notre campement.

Drôle de rencontre n’est-ce pas ?

À bientôt pour de nouvelles aventures 🙂

Clo & Clem

 

 

6 commentaires

  1. Aaah les kéas! Lorsqu’on a fait la randonnée du « Milford track » dans cette partie de la nouvelle-Zélande, le soir, nous devions accrocher nos chaussures de marche, restées à l’extérieur, à des crochets, sinon, les kéas pouvaient les emporter ou les déchiqueter! Rien ne les arrête! Très jolies photos!

  2. Ah nous on n’en a pas du tout vu là-bas 🙁
    Il a fallu qu’on aille jusqu’à Arthur’s pass pour en apercevoir.
    Effectivement, leur démarche est super drôle, on dirait qu’il font des pas chassés, on s’est bien marré avec eux !

    Sinon, quelle chance pour les dauphins ! Nous n’en avons vu aucun durant notre « croisière »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*