Tout plaquer pour faire le tour du monde en couple : du rêve à la réalité

Faire un tour du monde en couple : c’est pas sérieux !

Pour une grande majorité de personnes, « faire le tour du monde », c’est un beau rêve mais c’est totalement irréalisable quand on est déjà engagé dans sa vie active. Mettre en pause sa carrière, s’éloigner quelques mois de ses amis et de sa famille, rendre son appartement ou sa maison… C’est déjà beaucoup trop dangereux. Mais alors, faire un tour du monde en couple, c’est encore pire !

visiter les Îles Féroé

Normalement, comme tout couple sérieux, il est obligatoire de mettre de côté ses rêves et de garder les pieds sur terre. Plutôt que de partir en tour du monde en couple, il faut cotiser pour sa retraite, économiser pour s’acheter une belle voiture et une grande TV… Mais surtout, il faut faire des enfants avant qu’il ne soit trop tard !

Pris dans ce tourbillon, il n’est plus possible d’en sortir et les rêves de voyages au bout du monde s’éloignent.

C’est vrai, il est risqué de quitter son douillet « métro-boulot-dodo » pour partir en tour du monde en couple, avant tout pour des questions d’argent. Mais à quoi bon avoir une belle voiture et une belle maison, si c’est pour être malheureux dedans ?

Pour nous, c’est tout bête (et peut-être un peu égoïste) : le plus important dans la vie, c’est d’être heureux. Et nous le savons depuis notre première rencontre : nous partageons une passion dévorante pour la découverte et l’aventure.

plus beau coucher de soleil au monde

Pourquoi tout plaquer quand on a « réussi sa vie » ?

Après des années d’études supérieures, nous avions acquis le Saint Graal, la combinaison parfaite :
– nous sommes mariés
– nous avons un CDI bien payé
– nous sommes propriétaires

La suite du chemin était déjà toute tracée :
– avoir des enfants
– amasser le plus d’argent possible
– partir à la retraite
– vous connaissez la suite…

Mais dans quel but ? Depuis notre enfance, on nous a présenté ce modèle comme étant la réussite ultime et la seule bonne voie pour réussir sa vie. Pourtant, la vie quotidienne n’a pas l’air d’enthousiasmer tout le monde. Certes, cette vie convient parfaitement à certaines personnes. Ils y trouvent leur bonheur et leur sérénité et, franchement, c’est top !

Pour autant, on connait tous des gens qui arrivent au travail le lundi matin complètement déprimés à l’idée de devoir attendre 5 jours avant d’être à nouveau en week-end. Pourtant, la plupart du temps, ces personnes malheureuses ne réagissent pas. Comme si le confort de leurs maisons/appartements agissait comme une dose de morphine. On souffre moins dès qu’on se retrouve le soir affalé confortablement dans son canapé.

Très vite, on a compris que cette vie bien rangée ne nous convenait pas. On a voulu sortir de l’anesthésie provoquée par notre confort quotidien. Notre but n’était pas d’atténuer notre souffrance quotidienne. Notre but est d’être pleinement heureux.

tour du monde en couple tibet

Partir en tour du monde en couple : notre remède miracle pour reprendre goût à la vie

Pour être heureux, il faut avant tout savoir s’écouter. Nous, ce qu’on aime, ce sont les voyages au long court. Depuis notre première discussion autour d’un verre, on sait qu’on rêve tous les deux de ce fameux tour du monde en couple.

On le sait, ça n’est certainement pas un rêve qui rapporte beaucoup d’argent. Ce n’est pas non plus le genre de rêve qui te fait dormir dans un bon lit confortable tout les soirs. Mais, c’est un mode de vie plein de surprises, de découvertes et de rencontres. On le sait, en réalisant ce rêve, on n’aura pas de regrets, on aura bien vécu.

Alors, on ne réfléchit pas à deux fois. On revend tout, on quitte tout, on prend un simple sac à dos et c’est parti pour un tour du monde en couple improvisé !

trek écosse west highland way

Notre tour du monde en couple a débuté le 13 Décembre 2013

Mais nous voulons plus qu’un « simple » tour du monde. Aujourd’hui, il est facile d’acheter un « billet tour du monde » qui permet d’enchainer les vols pour voir le plus de pays possibles en très peu de temps. C’est super pratique quand on prend une année sabbatique mais ce n’est pas notre envie ni notre rêve.

Nous n’avons pas de date retour précise. Nous ne voulons pas d’un voyage sur rail, préétabli et confortable. Nous ne voulons pas des vacances prolongées, ni d’une suite de visites de monuments sans saveur.

citation voyage tour du monde

Nous voulons de l’imprévu, des mésaventures et des bonnes surprises. Nous voulons un long voyage qui nous ressemble. On veut découvrir le monde tel qu’il est vraiment en expérimentant notamment la vie quotidienne à l’étranger. Du coup, nous nous poserons de temps en temps quelques semaines, voir plusieurs mois dans une ville.

On plie donc bagage pour au moins trois ans, sans itinéraire précis en tête, sans guide de voyage dans nos sacs et, si possible, sans prendre l’avion.

Faire des vidéos de voyage : notre deuxième rêve à accomplir

Nous avons une deuxième passion commune : les documentaires et tout particulièrement les documentaires de voyage. Du coup, nous allons profiter de ce tour du monde en couple pour essayer d’accomplir un autre rêve : partager notre voyage en réalisant des vidéos de voyage.

coucher de soleil indonésie

C’est tout nouveau pour nous. Nous n’avons aucune formation pour faire de la vidéo et nous ne connaissons personne qui puisse nous donner des conseils. Mais, nous avons le plus important : nous avons l’envie 🙂

Alors suivez nos aventures sur notre blog voyage et sur notre compte Youtube. On vous partagera régulièrement nos vidéos de voyage au bout du monde. On espère que vous allez aimer voyager avec nous. Attention, ça va secouer ! 😀

 

Alors à bientôt pour de nouvelles aventures 🙂

Clo & Clem

Total
7
Shares

15 commentaires

  1. Salut Clo et Clem je viens de tomber par hasard sur votre blog qui est vraiment bien réalisé bravo.
    SI vous voulez avoir pas mal d’infos sur L’Australie, La NOuvelle-Zélande, la nouvelle-calédonie, le vanuatu, hong-kong, singapour, malaisie, bornéo, indonésie, thailande, cambodge et népal, et bien n’hésitez pas à aller jeter un coup d’oeil à mes 2 blogs:
    https://austramania.blogspot.com
    https://oceaniemania.blogspot.com

    En attendant votre prochain post je vous souhaite une bonne continuation.

    Amicalement.

    Cyril

  2. C’est un peu ça, il y aussi le fait de vouloir voir le monde avant qu’il ne se détruise un peu plus. Mais pour le reste c’est exactement la démarche, au diable le confort, vive l’aventure et la solidarité, la découverte des autres et les rencontres en tous genre.
    Vous retrouverez notre tour du monde sur les 6 continents en famille, par la route et prévue sur une durée de 6 à 10 ans sur notre site http://www.nomadsroad.com, n’hésitez pas à nous faire un petit coucou et si nous sommes pas loin de vous, dites le nous, nous ferons un petit croché pour vous rencontrer 🙂

  3. Hello Clo & Clem !! Bravo pour ce manifeste qui résume bien notre état d’esprit… « Same Same, but different ! » Bravo aussi pour votre site et vos vidéos (vous partez de tps en tps avec un mini steady non?)
    Nous de notre coté, on part à 2 et demi !!!
    Découvrez : https://www.tdm80.com

    Un tour du monde à travers les yeux d’une petite fille de 2 ans et demi et sa famille
    a la rencontre des autres…
    Nous venons de lancer notre page FB : https://www.facebook.com/Letourdumonde.a.80cm?fref=ts
    C’est notre projet de voyage à la rencontre d’associations s’occupant du bien être des enfants. Nous ne demandons pas d’argent mais juste que vous « LIKIEZ » LA PAGE afin de grossir la communauté et ainsi avoir du poids pour inciter les mécènes à donner aux associations que nous allons rencontrer…

    Merci à tous d’avance pour votre soutien ! Et bonne route… 😉

    Arnaud, Vanessa & Louanne

  4. Re bonjour Clo et clem, j’ai eu les larmes aux yeux quand j’ai vu votre vidéo sur Paris. Je ne sais pourquoi. La chanson peut être. Vos vidéos sont super bien montées je trouve. Votre manifeste est intéressant. Vous postulez que la plupart des gens rentrent dans un schéma sans même s’en rendre compte : étude, famille, carrière, propriété, famille, amis, carrière, sédentarité, tourisme ( de temps en temps) 🙂 Puis vous postulez qu’ils sont pour beaucoup pas très heureux et qu’en ce qui vous concerne votre priorité est votre bonheur. Etes vous certain que ces gens n’ont pas trouvé leur équilibre, leur bonheur dans leur sédentarité, famille, amis, boulot, dodo ? Vous, a priori, vous n’avez pas trouvé le bonheur dans votre vie passée puisque vous en avez choisie une autre par le voyage ( pour notre plus grand bonheur :-)). Allez vous voyagez toute votre vie ? Voilà , je m’interrogeais : ou est le bonheur ? Dans le voyage ? Dans le fait de se réaliser au travail ? Dans le fait de prendre soin de sa famille ? dans le fait de partager avec ses amis ? Qui a tort, qui a raison ? En fait, c’est un mélange de tout cela je pense. Par ailleurs, chacun a sa vérité et la recherche intérieure participe sûrement du voyage. Mais je doute que faire de sa vie un voyage soit garant du bonheur. Ça me rassure de penser cela car je n’ai pas réussi à le faire alors que je le souhaitais. Comme je doute aussi que se réaliser et s’enraciner dans la famille, le travail et les amis soit également totalement garant du bonheur. En fait, il faut tout cela. Se poser, s’enraciner mais également s’envoler. Des ailes mais également des racines. Être sédentaire mais également nomade. En tout cas, bravo à vous d’avoir tout lâché et vendu pour votre périple et votre recherche du bonheur. C’est courageux !! Amitiés. Arno

    1. Très beau commentaire Arnaud ! C’est vrai que pour l’instant nous n’arrivons pas à trouver le bonheur dans une société qui nous semble trop fermée. On part à la recherche d’une expérience qui va combler notre soif d’ailleurs. Mais si ça se trouve, après un an de voyage, après deux ans, après trois ans, notre point de vue va changer. On trouvera à notre tour le bonheur en fondant une famille, en ayant un travail stable, en ayant un chez-nous.
      Mais ce qui est dommage, c’est que beaucoup de personnes pensent que c’est ça la vie, sans songer à autre chose ils foncent dans cette stabilité rêvée, puis un jour ils se réveillent et regrettent.

  5. Comme Arnaud, je pense que le chemin pour être heureux est vraiment propre à chacun. J’ai toujours pensé que je ne pourrais pas être heureuse dans le cadre classique « boulot/mariage/enfants » et l’idée de me retrouver « coincée » m’a toujours un peu angoissée. Je suis donc partie travailler à l’étranger, et puis j’ai rencontré quelqu’un et finalement je me suis rendue compte qu’on pouvait avoir un travail stable, des enfants ET voyager. On n’est pas obligés de suivre la norme ni de faire complètement différemment. Chacun doit trouver son propre équilibre. En tout cas votre projet a l’air génial et j’avoue que ça me donne des idées… Bon voyage!

  6. Bonjour à tous,

    Le voyage nous aide à nous découvrir nous même, lorsqu’on souhaite avancer ensuite, c’est parfois le flou.
    Pour des voyages qui continuent à nous sortir de notre zone de confort et qui deviennent aussi un mode de vie, rendez-vous sur https://voyageurs.en-transition.fr/

    Auteurs et lecteurs de cette page y trouveront un peu de bonheur !

    Mathieu

  7. Ah, la retraite, le premier mot qui intervient quand on parlait de notre projet de voyage. Mais pourquoi une telle obsession. C’est un peu triste à dire, mais je connais des gens très bien qui nous ont quitté avant de ne jamais partir à la retraite. Alors quand j’entends dire « je voyagerai pendant ma retraite », ça m’énerve !

    En tout cas la blogosphère est tellement immense que grâce à votre liste je découvre deux nouveaux blogs (et le votre via l’immense listing du groupe blogueurs FB).
    Et je me permets de me présenter.
    J’ai choisi pour au moins un an un mode de vie nomade, entraînant avec moi mon namoureux (qui se retrouve à écrire son mémoire depuis les musées d’archéologie des diverses villes où nous allons nous arrêter) et ma fille qui fêtera ses 2 ans quelques part en Grèce dans un peu plus d’un mois.
    J’espère réussir à écrire plus, de la fiction, mon premier amour, mais aussi des reportages.
    Un bonheur qui se vit avec trois ingrédients pour moi donc : le voyage, la famille, les écrits.
    Tout ça est mis en vrac sur mon blog : https://avenue-reine-mathilde.over-blog
    Petit blog tout modeste.

  8. Merci pour le petit clin d’oeil. En vous lisant (et avant de tomber sur la liste de vos inspirations), j’ai tout de suite pensé à la traduction d’un texte de Steve Pavlina : La tolérance est une résistance à l’amour (l’original en anglais ici. Je vous le partage parce qu’il a changé ma vie. À chaque fois que je me sens moins bien, que je me sens faiblir, je le relis, et je comprends quelles sont les choses qui dans ma vie sont tolérées au lieu d’aimées. Concrètement ? Ça m’a fait évacuer des amitiés qui ne vivaient qu’au nom de l’amitié. Ça m’a fait quitter un emploi de concierge et un propriétaire abusif qui me faisaient mourir à petit feu. Ça m’a fait demander à mon coloc schizophrène de quitter l’appartement (et il est parti en appartement supervisé). Ça m’a fait réaliser, à un moment X les raisons pour lesquelles je n’étais pas heureuse, et surtout les étapes suivantes, les actions à prendre pour le redevenir. L’effet n’est pas instantané, mais quand on sait, comment peut-on continuer de tolérer que des choses nous tuent ainsi ?

    Il a fallu accepter que de se sortir de situations drainantes, ce n’est pas une fuite ou une perte de loyauté, car quand ce n’était pas des personnes extérieures qui me manipulaient, c’était mon propre esprit : je me jugeais. Pourquoi avoir viré de tes amis (et de FB) cet ami de longue date ? Lui ne t’abandonne pas ! Lui tient à toi ! Lui est généreux avec toi ! Tu n’as jamais été parfaitement à l’aise avec lui, mais à force de le tolérer… Il s’est incrusté dans ta vie… Et maintenant, ses malheurs sont les tiens… Mais vas-tu l’abandonner maintenant ? Quelle lâche tu fais ?

    À ma meilleure amie, je dis sans relâche : tu es la personne la plus importante de l’univers. C’est l’exercice que je réalise à présent : reconnaître que je suis la personne la plus importante de mon propre univers. Et à partir du moment où je m’occupe de moi, de mon véhicule, de mon corps et d’être bien dans mes baskets, là seulement je peux être là pour les autres, je peux devenir ce que mon ami Guillaume appelle : une machine à aimer. Parce qu’une fois qu’on carbure à l’amour, on en génère encore plus !

    Bravo pour votre état d’esprit. Un gros câlin depuis Montréal où je viens de me poser pour quelques mois, pour lire des billets comme celui-ci et faire le plein d’amour !

    1. Merci beaucoup pour ce commentaire qui traduit réellement le fond de notre pensée.
      Le texte de Yannick Primel colle parfaitement à notre vision – (merci pour le lien !)
      je me permets de citer :
      « Nous devons énoncer fermement  »Je m’en vais » face aux incompatibilités que nous tolérions jusque là. »
      Un boulot et un train-train quotidien qui nous étouffait, qui nous privait de notre bonheur… On ne s’en rendait pas compte mais on n’était pas heureux dans notre vie, on avait l’impression que c’était tout simplement ça la normalité. « Certaines personnes pensent que c’est bien de tolérer certaines choses qu’on n’apprécie pas dans nos vies.
      C’est stupide.
      La tolérance ce n’est pas de l’acceptation. La tolérance est une résistance. Pour être plus précis, la tolérance
      est une résistance à l’amour ».
      Le jour où on a décidé d’arrêter ce qui nous détruisait, ce jour où nous avons enfin dit « NON » à ce qui était incompatible avec nous, on a commencé à découvrir ce qu’était le vrai bonheur.

      « Une fois qu’on carbure à l’amour, on en génère encore plus ». A partir de là, notre réflexion sur l’amour envers l’autre, envers son prochain, s’est développée. Notre vision des choses évolue, et on peut se mettre à l’ALTRUISME : lecture du moment Plaidoyer pour l’altruisme – de Matthieu Ricard.

      Au fond, si les gens sont si fermés, si égoïstes, c’est probablement à cause du fait qu’ils sont malheureux ? (réflexion du jour bonjour, philosophie de comptoir bonsoir)

      En tout cas, nous avons besoin de ce tour du monde, nous avons besoin de vivre cette vie qui nous correspond, et nous avons envie de croire – même si beaucoup pensent que c’est naïf- qu’un jour les gens pourront comprendre que le premier pas du bonheur c’est aimer ce qu’on fait, être en harmonie avec soi-même.

  9. Bonjour Clo et Clem !! Je suis tombée sur votre blog et je le trouve super !En lisant vos textes j’ai ressenti le même état d’esprit du voyage.Bientôt nous aussi on revend tout et on prend le large à la découverte d’autre cultures et traditions nous ressentons vraiment le besoins d’aller parcourir le monde ! Mais nous se sera en camion 🙂
    Nous vous souhaitons pleins de bonheur pour cette aventure et qui sait peut être à bientôt sur la route !

  10. Un grand merci pour la mention à Un sac sur le dos : je ne suis pas encore depuis très longtemps sur la toile (plus de 6 mois maintenant 😉 ) et ce genre de reconnaissance me touche toujours beaucoup !!! Sachez que vous êtes toujours les bienvenus sur Un sac, et que j’espère qu’on aura un jour l’occasion de se rencontrer pour de vrai !

    Profitez bien de votre magnifique voyage et de cette belle complicité que vous semblez partager 😉
    Au plaisir de vous lire !

  11. ÇA c’est un voyage qui promet d’être bon !
    Je trouve génial le fait de pouvoir avancer « sur la terre ferme » et de sentir ainsi la transition entre toutes ces cultures qui s’entremêlent et qui finissent par être si différentes d’un bout de la planète à l’autre. Au plaisir

    Nb : petite coquille sur le lien de Cyclovent

Commentaires désactivés.