Visiter les Îles Féroé en road trip : 5 jours à couper le souffle, nos 10 coups de coeur

Les Îles Féroé font partie de ces rares destinations peu connues en Europe. On en entend parler une fois par an pour diffuser les images chocs du « massacre des dauphins » appelé le Grindadráp (Grind). C’est pourtant une destination qui mérite d’être connue autrement. Nous avons décidé de visiter les Îles Féroé et nous en avons pris plein les yeux durant 5 jours ! Pourquoi faut-il visiter les Îles Féroé ? Que visiter en 5 jours ? Voici nos 10 coups de coeur.

Faut-il boycotter ou visiter les Îles Féroé ?

Nous avons longtemps réfléchi à cette question. Faut-il boycotter les Îles Féroé ? Comme tout le monde, nous sommes très choqués par les images sanglantes du Grindadráp, la tradition annuelle qui consiste à massacrer des dauphins.

Si vous nous suivez depuis longtemps, vous savez que nous avons toujours refusé de boycotter un pays comme par exemple une dictature. La politique d’un pays ne représente pas ses habitants, comme en Iran où nous avons été très bien accueillis malgré l’existence de lois liberticides, où en Chine où les personnes rencontrées n’approuvaient pas le mauvais traitement des minorités Ouïghours ou Tibétaines.

À force de voyager, on se rend compte qu’aucun pays n’est tout noir ou tout blanc, à commencer par la France. Faut-il rester en France sachant qu’en France nous avons cette tradition du foie gras, sachant que dans nos abattoirs des millions d’animaux meurent chaque année et que la pêche en France massacre aussi les dauphins (Selon l’ONG Sea Shepherd, des milliers de cétacés sont tués chaque année au large de la Vendée et de la Charente-Maritime) ? Le Japon pêche des baleines, tout comme la Norvège, le Groenland, l’Islande. Les Aborigènes ont été massacrés en Australie, les Indiens également aux Etats-Unis, les Canadiens massacrent des phoques…. Faut-ils pour autant boycotter tous ces pays ?

Nous pensons sincèrement que le boycott n’est pas la solution. Les Îles Féroé ne vivent pas du tourisme et ne seraient donc pas impactées par un boycott. Nous pensons, au contraire, que l’ouverture au tourisme serait bien plus efficace pour faire changer les mentalités et mettre la pression pour faire changer les choses.

Par ailleurs, nous ne pouvons pas résumer un pays et sa population à une pratique. Tous les habitants des Îles Féroé n’approuvent pas ce massacre. Les restaurants locaux proposent par exemple des menus végétariens et des gens sur place se battent pour mettre fin à cette tradition.

Alors si vous hésitez à visiter les Îles Féroé, on vous dit : Foncez !

Visiter les Îles Féroé en 5 jours : itinéraire de notre road trip et nos 10 coups de coeur

Visiter les îles féroé carte

Si vous aimez les paysages à couper le souffle et que vous fuyez la foule, les Îles Féroé sont faites pour vous ! C’est une destination sauvage et rude par ses paysages escarpés et son climat. Les Îles Féroé sont constituées de 18 îles habitées par 50 000 habitants.

Nous sommes restés 5 jours aux Îles Féroé. Même s’il y a beaucoup de choses à voir, de très belle randonnées à faire, 5 jours permettent déjà d’avoir un bel aperçu des Îles Féroé.

Visiter l’île de Vagar : le village et la cascade de Gásadalur et le lac de Sørvágsvatn sur la falaise

Nous sommes arrivés en début d’après-midi à l’aéroport de Vagar, l’une des 18 îles de l’archipel. Après avoir  récupéré notre voiture de location directement sur le parking, nous avons commencé la visite par cette première île.

Lorsque vous quittez l’aéroport, partez sur la gauche et roulez jusqu’au petit village de Gásadalur. Vous y verrez la fameuse cascade qui se jette dans la mer. Comme le village Gásadalur est un cul de sac, vous devez ensuite revenir vers l’aéroport pour la suite du road trip.

visiter les îles féroé road trip

visiter les Îles Féroé cascade Gásadalur

Juste après l’aéroport de Vagar, en allant vers Torshavn, vous allez longer le lac Sørvágsvatn. Couvrez-vous bien car il y a une petite marche (30 minutes) afin d’arriver au célèbre point de vue où on a l’impression que le lac est perché sur une falaise au dessus de la mer. Il faut aller sur la pointe en hauteur pour avoir cette vue. Attention au vertige, la falaise est vraiment impressionnante !

visiter les Îles Féroé lac Sørvágsvatn falaise

Visiter l’île de Streymoy :  la cascade Fossá, Tjornuvikle, village de Saksun, la station météorologique de Sornfelli

Nous prenons ensuite la route pour Streymoy, la plus grande île qui est également la plus « peuplée ». Nous passons la nuit à Torshavn, la capitale.

On peut passer plusieurs jours sur l’île de Streymoy car il y a énormément de choses à voir ! Comme nos jours aux Îles Féroé sont limitées, nous décidons de ne pas visiter les musées de Torshavn.

Le premier village à visiter est Tjørnuvík, au Nord de l’île de Streymoy. Sur la route, arrêtez-vous à la cascade Fossá, une cascade impressionnante en bord de route qui se jette sur plusieurs niveaux.

visiter les Îles Féroé

Une autre visite à ne pas manquer sur l’île de Streymoy c’est le village de Saksun, habité par 8 habitants (recensés en 2017). Les maisons sont anciennes, elles ont été construites en 1600-1700. Près de Torshavn, vous avez aussi un autre village avec des maisons traditionnelles qui ont des toits végétalisés : Kirkjubøur . Nous n’y sommes pas allés par manque de temps.

visiter les Îles Féroé Saksun

Pou terminer, notre gros coup de coeur va à la station météorologique de Sornfelli. La vue est SPECTACULAIRE ! Attention au vertige…

Visiter les îles Féroé Sornfelli
@capture d’écran Google Map

visiter les Îles Féroé

Visiter l’île de Eysturoy : le célèbre terrain de foot d’Eiði, les villages de Gjógv, et Funningur 

Lors d’un road trip aux îles Féroé on se rend vite compte que le déplacement entre les îles est très simple : il y a toujours un pont ou un tunnel sous-marin. Au départ, nous étions « apeurés » par les tunnels sous-marins car ils sont très longs et s’enfoncent profondément sous l’eau. Mais on finit par s’y habituer.

Notre troisième journée de road trip aux Iles Féroé est consacrée au nord de l’île de Eysturoy. Nous prenons la route pour Eiði. Ce village de 600 habitants a 2 terrains de foot, dont un au bord de la mer ! Nous poursuivons avec le village de Gjógv qui signifie « gorge, ravin ». Notre road trip continue vers Funningur. La route pour s’y rendre depuis Gjógv est jolie : elle zigzague et dévoile petit à petit le village. Arrêtez-vous à la petite église de Funningur qui date de 1847.

visiter les Îles Féroé

L’île de Viðoy : l’église de Viðareiði

Le quatrième jour de notre road trip aux îles Féroé, nous décidons d’aller le plus loin possible. Viðareiði, sur l’île de Viðoy, est à 1h30 de Torshavn. L’église date de 1892. Vous pouvez également faire des randonnées : nous vous conseillons l’ascension du Villingadalsfjall (841 mètres) !! Vue à couper le souffle…

visiter les Îles Féroé

Fin du road trip aux Îles Féroé : retour à Vagar et Trøllkonufingur « le doigt de sorcière »

Nous avons consacré notre dernière journée à Vagar. Avant de retourner à l’aéroport, nous avons fait un rapide détour pour voir Trøllkonufingur, « le doigt de socière ». Nous sommes aussi retournés voir la cascade de Gásadalur.

Questions pratiques : Comment aller aux Îles Féroé ? Quel budget faut-il prévoir ? Où dormir et où manger ?

Pour aller aux Îles Féroé, vous pouvez prendre l’avion ou le ferry. L’avion coûte 300 euros aller-retour mais n’est pas direct depuis Paris. Il faut passer par Copenhague.

billet avion îles féroé
Exemple de billets pour un voyage en septembre 2018

La location d’une voiture pour le road trip aux Îles Féroé revient à 300 euros par semaine. Nous avons dormi à Torshavn à l’Hotel Føroyar mais vous pouvez trouver très facilement des hébergements moins chers. L’avantage avec l’hôtel où nous étions c’était le gros petit-déjeuner. Cela nous permettait d’économiser sur les repas du midi. Les repas dans les restaurants reviennent au même prix qu’en Islande ou en Norvège.

visiter les Îles Féroé

On espère que ce récit de voyage vous a donné envie de visiter les Îles Féroé. N’hésitez pas à nous laisser un commentaire 🙂

En manque d’inspiration ? Ne manquez pas nos autres articles :

Total
57
Shares

26 commentaires

  1. Mon dieu! J’ai envie d’y aller depuis des années, votre vidéo me torture. Elle est superbe, bravo! Ça me donne envie de prioriser la desti!
    Petite question non reliée : tu utilises des filtres UV?
    A+

    1. Très bonne question, mais pas de réponse depuis Septembre 2018. J’attends cette réponse impatiemment pour me décider de la période. Merci. Cdt.

      1. Pardon pour la réponse très tardive. On y était en Avril et on a eu beaucoup de chance avec le soleil 🙂 Dans tous les cas, ce n’est pas une destination où on peut prévoir la météo à l’avance. Apparemment le meilleur mois pour y aller est juin mais c’est surtout pour voir les oiseaux et bénéficier des nuits courtes. Mais à tout moment de l’année il peut y avoir des tempêtes. De toute façon, c’est une destination qu’on peut apprécier avec un grand beau temps mais aussi en pleine tempête. Les paysages sont magnifiques dans les deux cas. Il faut juste prévoir les bons vêtements 🙂

  2. Salut !
    J’adore votre article et votre vidéo est à tomber !!!
    Je prévois d’y faire un road trip un peu plus long, mais des petites questions pratiques me viennent à l’esprit… tous les soirs vous rentrez dormir au même hôtel ? Comment avez-vous fait les autres nuits ? Le camping sauvage est autorisé ?
    Merci pour vos réponses 😀

  3. Bonjour,
    Merci pour ce très beau site qui nous donne encore plus envie de nous y rendre. Ma question principale est sur la location de voiture, car tous les sites consultés indiquent des tarifs bien plus élevés pour une loc d’une semaine, avez-vous des adresses de location de voiture à recommander ?
    que recommandez vous pour les repas du soir « petit budget » ?
    Merci d’avance !

    1. On a eu pas mal de retour sur le prix des locations qui sont plus élevés. Les prix ont peut être augmenté depuis ou bien on a eu de la chance. On avait pris la voiture chez 62N.
      On n’a malheureusement pas de recommandation particulière pour les repas pas cher. Le voyage était il y a trop longtemps maintenant.

  4. Nous y allons cet été pour 8 jours avec ma famille, et nous avons trouvé un vol direct de Paris (pour les mêmes prix) en allant directement sur le site de la compagnie Atlantic Airways sans passer par les sites de comparateur de prix (attention c’est tout en anglais et les prix sont en couronnes danoises (DKK), mais on peut payer en ligne avec une carte bleue française).

  5. Waow ! Quel reportage ! Merci pour ces superbes photos et cet itinéraire très détaillé.
    Pour ma part j’ai vraiment envie de découvrir cette région, mais étant plutôt habituée aux « city trips » dans de grandes villes, j’avoue être un peu flippée à l’idée de partir dans cette zone quasi déserte. Je me demande d’ailleurs comment font les habitants pour y vivre toute l’année ! On dirait un autre monde…

  6. très intéressant cours de la vie est ce cher .quel est le meilleur moment pour y aller ? quel langue je suppose l’anglais ça va .
    merci de votre retour .
    cdt
    ym

    1. Oui , la vie sur place est plutôt chère (au même niveau que la Norvège). La meilleure période de l’année, c’est en été pour avoir des longues journées plutôt qu’en hiver où les journées sont très courtes. Les gens parlent le Danois mais il parlent aussi très bien anglais.

  7. Bonjour,
    Superbes photos qui donne envie !
    J’ai une petite question étrange, est-ce-qu’il est facile de trouver des lieux pour se garder et dormir dans la voiture ?
    Dans certains pays c’est interdit et donc ça devient un cache-cache géant…. Cela permettrait de limiter les dépenses 🙂

    Arnaud

  8. Bonjour Clo et Clem 🙂 Merci pour votre article de blog, dont le niveau de langue en francais peut inspirer mes élève ici au lycée de Tórshavn qui travaillent maintenant sur un journal en francais destiné aux touristes francophones. Comme vous avez peut-être remarqué, il y a des vols directs Paris-Féroé depuis le mois de juillet cette année, ce qui a un peu révolutionné le nombre de touristes francophones – ce qui est une très bonne chose pour nous qui enseignons et apprenons le francais. D’ailleurs, je suis souvent hôte de CouchSurfing pour ces derniers 😉 (http://local.fo/just-cant-get-enough-of-couchsurfing-cs-has-made-me-a-richer-person-in-many-many-ways-claims-cosmopolitan-faroe-islander/)
    Ce qui a changé un peu aussi depuis votre voyage, c’est que plusieurs paysans demandent désormais un frais pour marcher sur leurs montagnes (Trælanípan, Saksun, et les endroits les plus fréquentés par les touristes). Je ne suis pas d’accord avec cette manière de faire, bien qu’il faut de l’argent pour maintenir les sentiers devenus de la boue avec la trop grande popularité de certains endroits. Le tourisme est en train de s’organiser ici, mais on va encore voir quelques solutions provisoires comme ca jusqu’à ce qu’il y a une solution politique qui convient à tout le monde (paysans, féroiens, industries du tourisme, touristes).

    À propos de votre déscription de notre chasse aux baleines, je ne suis pas d’accord qu’il s’agit d’un « massacre ». Il s’agit d’une chasse très réglementé par nos autorités qui a pour but le manger de la communauté féroienne (la réglementation concerne le nombre de baleines à tuer par an, une méthode efficace modernisée pour tuer la baleine sans la faire souffrir plus que nécessaire). La plupart des féroïens grandissent encore avec un lien avec la nature (contrairement aux citadins hyper-sensibles de l’Europe), et on y voit alors toutes les couches de société (prof d’université comme ouvrier) participer à la chasse aux baleines comme à l’abattoir des moutons, à la pêche et à la collecte de certains oiseaux traditionnellement mangés. Bien que c’est bien d’être végétarien, ce n’est pas un style de vie durable d’un point de vue écologique et local. Manger du poisson et autre animal main en main avec les pommes de terre et les peu de légumes cultivables sur place, correspond au mieux au concept de manger en lien avec la nature. Je pense aussi que c’est important que nos enfants savent d’où vient la nourriture à cause de l’art de vivre communautaire aux Féroé, c’est-à-dire qu’aucun milieu n’est isolé de l’autre comme dans un pay plus grand et urbanisé. Après tout ce discours, j’avoue que j’ai beaucoup aimé les AMAPs en France où j’ai vécu pendant plusieurs années.

    Bon voyages continuels à vous tous 😀

    1. Bonjour Napoleon,

      Merci pour votre commentaire et pour ces précisions concernant les changements depuis notre venue aux Îles Féroé.

      Merci également d’avoir pris le temps de partager votre avis sur le Grindadráp. C’est quelque chose de très médiatisé en France. Mais comme les images sont très spectaculaires, instinctivement, c’est une pratique qui provoque un rejet absolu et on ne cherche pas à comprendre ce qu’il y a derrière. La pêche en France a un effet bien plus désastreux sur l’ensemble des animaux marins et pourtant personne ne s’en émeut. Nous ne sommes pas pour le Grindadráp mais nous trouvons très hypocrite de jeter la pierre sur les habitants des Îles Féroé alors que nous sommes tous responsables.
      Au Groenland, nous avions eu une conversation assez similaire et très intéressante sur le commerce des fourrures de phoques qui a disparu suite à une campagne de sensibilisation de Brigitte Bardot. Les Groenlandais ne comprenait pas du tout qu’on les juge sur une pratique pourtant normal (ils mangent les phoques et vendent la fourrure) alors qu’en Europe on laisse des millions d’animaux vivre une vie courte et horrible en élevage intensif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.